EXMO affiliate program

virtuelle dans un monde numérique immersif !

numérique immersif

Le Metaverse

Mark Zuckerberg est apparu à l’écran lors de la conférence virtuelle Connect de Facebook fin octobre 2021 pour annoncer sa vision du Metaverse Pivot, l’environnement virtuel immersif que Facebook veut créer. Dans cette nouvelle plate-forme de médias sociaux, les gens interagissent non seulement les uns avec les autres, mais ont toute une vie virtuelle dans des mondes immatériels.

Facebook – qui vient de se rebaptiser avec une nouvelle dénomination sociale « Meta » – se définit comme telle en tant qu’identité d’entreprise et se projette pleinement dans un avenir de leadership dans ce nouveau monde virtuel.

Les réflexions sur les possibilités techniques et commerciales du métavers ont commencé avec l’acquisition en mars 2014 d’Oculus VR, une société américaine spécialisée dans la conception d’appareils de réalité virtuelle, pour 2 milliards de dollars. Facebook voit le futur réseau social comme la plaque tournante des expériences sociales en ligne et une recherche pionnière sur de nouvelles formes d’interaction. Cette acquisition, en plus de celle d’Instagram et de WhatsApp, concrétise déjà une première ambition de déjouer la concurrence et d’entrer sur le marché des objets connectés, après celui du smartphone et aussi de se projeter vers les prochaines plateformes qui permettront de nouvelles expériences. , plus personnel, plus utile et plus amusant selon les mots de Mark Zuckerberg.

Plusieurs questions se posent alors autour de cette annonce et de cette accélération inattendue qui pourrait encore révolutionner l’Internet mobile mais aussi la société telle qu’ébauchée il y a près de 30 ans par l’auteur de science-fiction Neal Stephenson.

Quels sont les objectifs stratégiques connus ou suspectés du métavers ?

À mon avis, le métaverse pourrait aider Facebook à atteindre au moins cinq objectifs majeurs :

Attirer une nouvelle génération de jeunes utilisateurs : Facebook veut lutter contre la vigilance de son cœur de métier dans les médias sociaux. Beaucoup de jeunes de la nouvelle génération d’adolescents et de la génération Z se tournent vers de nouvelles applications comme TikTok, Snapchat, Vine ou encore BeReal en France, ou encore d’autres applications plus conviviales et mieux conçues que Facebook pour le partage de médias. et messages.
Accroître l’engagement des utilisateurs existants : les univers virtuels 3D annoncent une évolution du Web 2.0 vers le Web 3.0, qui devrait vraiment impacter non seulement l’économie mais aussi nos modes de vie. Pouvoir proposer des produits ou services dans un univers virtuel afin de pouvoir les consommer dans le monde réel, c’est donner aux consommateurs la possibilité de vivre de vraies expériences virtuelles qui peuvent se poursuivre dans le monde réel grâce à des expériences totales et réussies de bout en bout. terminer. finir.
Limiter la dépendance de Facebook aux revenus publicitaires : cette manne représente jusqu’à 97 % des revenus du groupe. Ces revenus publicitaires ont été particulièrement menacés par les changements dans la politique publicitaire d’Apple – un facteur d’incertitude sur les bénéfices futurs de Facebook, selon le dernier rapport trimestriel.
Pour reconstruire une image futuriste et moins controversée : la réputation de Facebook a été ternie ces derniers temps à cause de ses nombreux faux pas et scandales (affaire Cambridge Analytica, fichiers Facebook, … d’autant plus que Facebook s’apprête à lancer une application pour les moins de 13 ans malgré les réticences des parents , etc.). Cette accélération métaverse sera comme un bain de jouvence permettant à Facebook d’attirer de nouveaux talents et de se retrouver résolument vers l’avenir.
Prenez de l’avance sur la concurrence : dans un récent rapport sur les bénéfices du troisième trimestre – qui comprenait des bénéfices record de 10,4 milliards de dollars pour les trois mois clos en septembre – Zuckerberg a réitéré son engagement à investir 10 milliards de dollars sur trois ans dans Facebook Reality Labs. Cet investissement porte sur le développement de matériel, de logiciels et de contenus liés à la réalité augmentée et virtuelle.
Cette stratégie du métaverse, si elle atteint ses différents objectifs, pourrait enfin rendre Facebook plus indépendant d’Apple et de Google en orientant ses utilisateurs vers des plateformes appartenant à Facebook comme Oculus et en laissant l’écosystème des applications mobiles « étouffer l’innovation, empêcher les gens de créer de nouvelles choses et freiné l’ensemble de l’économie Internet ». En effet, Apple avait décidé en avril 2021 que les utilisateurs d’iPhone pouvaient choisir d’être traqués ou non à des fins publicitaires, ce qui mettait en péril les revenus de Facebook.

Les prémices d’un nouveau monde et les opportunités qu’il peut offrir, qu’elles soient bien réelles ou emprisonnées dans l’imaginaire dans le métavers, sont bien ouvertes et tous les grands acteurs technologiques y travaillent avec une grande ambition, même sans certitudes avérées. Dans ce nouvel espace où le consommateur n’est plus une personne physique mais une créature virtuelle via des avatars, le(s) métaverse(s) ouvrent d’autres opportunités liées aux rencontres immersives, aux interventions multipliées pour les opérations chirurgicales à distance ou encore dans les usines, l’assistance à distance, la formation, loisirs et culture.

Quoi qu’il en soit, simple gadget marketing ou véritable révolution, chaque acteur semble dessiner sa propre vision du métaverse, de sa trajectoire et des intersections entre réseaux interopérables de monde virtuel persistant.

Add Comment